Enduits de finition de l’étage

Nous avons d’abord réalisé des tests sur nos terre (celle du terrain et celle récupérée sur un chantier d’un village voisin) afin de déterminer le dosage terre-sable optimal. Il s’agit de réaliser des carrés d’enduits avec différents dosages (terre seule, 1 volume de terre pour 1 volume de sable, 1 pour 2, 1 pour 3, …).
En effet si l’enduit est trop argileux il va fissuré au séchage, et s’il est trop sableux, il risque de poudrer.

Nous avons également effectué des test de mélanges terre-chaux, terre-plâtre, ajout de paillette de lin, ….

Finalement, nous ferons des enduits terre simples dans les chambres, ils seront ensuite peints avec une peinture à la caséine.

Et le mur de la mezzanine visible du bas sera réalisé avec un enduit terre avec paillette de lin qui restera de couleur naturelle.

Nous utilisons donc de la terre récupérée, il faut donc la broyée et la tamiser. Nous la faisons donc sécher avant de l’écraser au rouleau de jardin. Elle est ensuite passée au tamis.

2016-03-29--10.58.33 2016-03-29--10.58.25

2016-03-29--16.51.52 2016-04-16--10.48.40

L’album photos

Malheureusement, nous avons eu quelques fissures au séchages. Elles n’étaient pas énormes mais nous avons essayé de les réparer : La terre étant réversible (une fois mouillée on peut retravailler de l’enduit) et les murs devant être peints nous pouvions essayer… Mais elles finissaient toujours par réapparaître. Ce n’est pas dramatique mais quand même un peu dommage ! Nous essayerons d’y remédier pour le rez-de-chaussée.

Nous voyons plusieurs causes possibles :
– La terre est très limoneuse, ce n’est pas l’idéal, nous pouvons essayer d’en changer.
– Des rebouchages ont été faits dans le terre paille des cloisons avec un mélange plus épais, ce sont des endroits qui sèchent peut-être moins vite.
– L’enduit de corps aurait peut-être du être plus épais (ici 7-8 mm) et / ou fibré afin d’avoir un support plus homogène.

Plancher de l’étage

Comme la majorité des bois de finition, il s’agit de mélèze brut acheté à Ambiance bois au début du chantier qui a séché tranquillement dans le jardin.

Il a d’abord été raboté et dégauchi sur les 4 faces. Et enfin rainuré-languette grâce à une toupie récemment récupérée. Quand on pense qu’il y a des machines qui font tout ça en une passe !

Nous avions pensé à une pose flottante afin de couper la transmission des sons d’impact. Finalement cela compliquait les choses et avions un peu peur de déformation du bois dans le temps… On a finalement fixé le plancher aux solives avec de petites vis spéciales (bien plus pratiques que les clous). Une bande résiliente en liège a quand même été posée au préalable (un grand rouleau découpé en rondelles est plus économique que des bandes).

2016-03-15--15.19.25

Nous avons ensuite loué une ponceuse à parquet… Nous pensions que ça irai vite… On a fini à minuit !

Nous avons fait le choix de poser les plinthes avant de réaliser les enduits de finition, de cette façon, on évite le petit jour qu’il peut y avoir entre les deux si les enduits ne sont pas 100% plans… Une couche d’huile dure a été passée pour les protéger.

2016-03-28--11.14.16 2016-03-28--11.53.25

L’album photos

Dans le local prévu pour accueillir deux chauffe eau (un électrique dans un premier temps qui sera jumelé à un solaire quand ce sera possible), nous avons réalisé un bac en chutes d’EPDM. Pas de souci en cas de fuite !

 

Terrasse de l’étage

Au fur et à mesure que nous démontions le plancher provisoire pour mettre le liège et le plancher définitif, nous avons réalisé la terrasse de l’étage. Ce n’était pas la priorité du chantier mais cela nous évitait de redescendre les planches et les stocker pour les remontrer ensuite…

Pour les aspects techniques concernant les toitures plates, merci de consulter la page Présentation technique (elle a été mise à jour).

Plutôt que d’acheter des plots de terrasse du commerce, nous avons utilisé des morceaux de tuyaux en PVC posés sur un doublage d’EPDM. Un petit pli dans le doublage permet de ne pas emprisonner d’eau à l’intérieur.

2016-03-08--14.12.00 2016-03-26--19.30.20

L’album photos

Reste à faire le garde corps…

Bouchons broyés

Ça y est ! Nous avons utilisé les bouchons !

Un grand merci à tous ceux qui se sont impliqués à fond dans la collecte !

Les bouchons ont été stockés un peu partout sur le chantier et le jardin… Normalement sous bâches ils étaient au sec… En fait l’eau passe toujours ! Et en plus certains étaient dans les cartons ou des sacs biodégradables… Il a donc fallu pour une bonne part les ramasser et les sécher pour commencer. Pour la suite nous pensons les mettre directement dans un pallox grillagé avec juste une tôle au dessus, au moins s’ils prennent l’eau ils pourront sécher.

Il ont été broyés avec un broyeur à végétaux directement au dessus des solives… Il faut alimenté la machine petit à petit afin de ne pas faire de bourrage. Merci à Jacky qui est passé maître dans l’art du broyage de bouchons !

Ça a très bien marché jusqu’à ce que le broyeur nous lâche. Le moteur est mort, il a trop chauffé. Peut-être a-t-il souffert des quelques blocages… ou peut-être plus probablement d’être branché sur une trop grande rallonge de trop petite section. Attention, avec des outils à moteur puissant, une trop faible section de câble entraîne une chute de tension qui abîme le moteur !
Heureusement on arrivait à la fin, on a complété avec un peu de ouate et de copeaux qui traînaient…

2016-03-01--17.11.41

L’album photos

Nous en avons donc fini avec les bouchons sur ce projet ! Mais afin que vous puissiez continuer à picoler en toute bonne conscience nous continuerons la récolte. Nous les utiliserons sur d’autres projet ou les donnerons à d’autres…
Voir aussi : Collecte de liège!

Plaques de plâtre

Rapide, efficace, si on avait découvert ce produit plus tôt on en aurait mis partout !

Certain s’étonneront peut-être de l’utilisation de plaques de plâtre dans une maison écologique… Ce n’est à priori que du plâtre et du carton, il y a sûrement d’autres choses là dedans mais comme tout produit industriel on ne sait pas vraiment à quoi s’en tenir…
Sinon, il est bien évident que c’est un matériau fragile, sensible à l’humidité et sans inertie… Les plaques de gypse-cellulose proposées depuis quelque temps déjà sont sur ces points plus performantes… et plus chères.
Autre inconvénient, comme pour toutes les plaques, c’est très lisse donc pas terrible pour l’acoustique.

Bref on en mettrait pas partout mais nous avons fait ce choix pour les plafonds et le mur du pignon.

Dans la chambre du rez-de-chaussée, nous avons utilisé des suspentes et rails métalliques afin de rabaisser le plafond. Partout ailleurs, les plaques sont fixées sur un lattage en bois.

2016-02-15--11.50.21 2016-03-08--14.14.26

L’album photos

Le plafond de l’étage a été directement enduit et peint car une plateforme était là mais devait être démontée ensuite… le reste attendra.

Plafond chambre à l’étage

Et c’est parti pour les finitions ! On n’arrête pas de nous dire que c’est le plus long… Ça fait combien de temps qu’on y est déjà ?

Pour les finitions, on commence par le haut, histoire de ne pas abîmer de beaux enduits au rez-de-chaussée avec un seau d’eau renversé lors des travaux de l’étage !

Donc première étape, le plafond de la chambre de Louan qui est aussi le plancher de la mezzanine accessible depuis l’autre chambre.
Pour coffrer les cloisons, nous avions récupéré des planches de sapin provenant d’un ancien plancher de grenier. Il en restait, nous les avons utilisées pour ce plafond, brutes, peintes avec une peinture à la caséine.

La caséine est une protéine du lait, elle est le liant de la peinture. Il fut un temps ou nous faisions cailler du lait pour fabriquer nos peintures mais il faut avouer qu’acheter de la caséine en poudre est un gain de temps et permet un meilleur résultat…

Attention, la peinture à la caséine n’est normalement pas indiquée sur du bois ! Elle est conseillée sur des supports minéraux (plaques de plâtre, enduits terre, …). Ici, en plafond il y a peu de frottements et c’était plus simple et économique qu’une peinture à l’huile… Nous verrons bien quelle sera la tenue dans le temps.

Nous reviendrons plus tard sur les peintures…

2016-03-08--14.13.58

Encore un peu de terre…

En intérieur, les travaux continent petit à petit, un bon coup de boost a été donné ce mois de décembre lors d’un petit chantier participatif…

Nous avons presque fini les enduits de corps intérieurs sur les murs extérieurs et les cloisons. Reste quelques retouches et rebouchages avant de passer aux finitions. Nous avançons également sur le mur en bauge.
Finalement nous avons fabriqué une structure métallique pour intégrer le conduit de fumée dans ce mur… Nous ferons prochainement un article qui détaillera tout ça…

2015-09-29--15.15.31 2015-12-12--13.52.37
2015-12-15--13.46.38 2015-12-15--13.47.35

L’album photos du mur en bauge mis à jour
L’album photos des enduits sur murs extérieurs mis à jour
L’album photos des enduits sur cloisons mis à jour